Dimanche 28 septembre 2014 7 28 /09 /Sep /2014 14:42

 

Par ces temps voilés de gris… je me  dois de nous conter l’anecdote ensoleillée.

http://youtu.be/UoR0cuRfnKA

Nous étions à Toumodi Côte d’Ivoire, avions embauché un boy aux deux prénoms, Joseph et Youssoufo. C’était un Lobi, qui laissait toutefois sa lance à l’entrée. Il était coquet. Avec sa première paye, il s’était offert des lunettes d’intellectuel en verre blanc et une paire d’empeignes de soulier chic, avec des élastiques par en dessous. Il portait beau, surtout avec ses chemises bariolées, colorées atchoum, qui disaient des histoires.


Impressionné, je lui demandais où il les trouvait : il me répondit au marché ! 


«Patron» tu vas à gauche puis à droite puis au milieu y’a la pancarte : Grand tailleur de Paris» ! J’y vais derechef et trouve le maître de l’art, barbiche au vent, assis en tailleur évidemment, sur un tapis sans doute volant. Il me reçoit courtoisement, agrée ma demande : «Amène le tissus» me dit-il sur un ton de vieille noblesse Baoulé!


Je trouve l’éventaire d’étoffe, à droite puis à gauche puis au milieu, choisis une merveille, fond bleu et vert, avec un gros soleil rouge au centre. Un coupon pour bibi, un pour mon épouse intéressée par la mode africaine. Lors on retourne au tailleur, il prend nos mesures et, politesse exige, commence par la robe boubou de mon épouse ; deux heures après (!) elle était prête.


Bizarre il avait placé le soleil juste sur les fesses… Il nous dit, c’est comme ça ici. Le lendemain je vais prendre la chemise, le tailleur était parti au mariage de son neveu.


Je retourne le surlendemain, point de tailleur toujours en voyage nouveau ; cette fois un grand hurluberlu, son apprenti, qui nous assure savoir coudre extra. Il reprend les mesures, s’engage à finir, finis ô miracle, mais la chemise est cousue de fil blanc en relief. Devant faire broder (c’était la mode) l’ouverture en U, je demandais au brodeur d’à côté, mettez du fil bien blanc pour assortir. 


Cette fois le soleil était dans le dos. Seulement, au premier lavage, tout à déteint et Youssoufo me dit alors : «fallait mettre du vinaigre, patron». J’ai gardé longtemps ces objets en garde robe souvenir….

http://youtu.be/3EYNl8-rZCY

Et ai médité depuis sur les expressions : «cousu main» et «cousu de fil blanc» !


Goûteux n’est-ce pas ?

http://youtu.be/3dq-AHf7r3M

 

Guy

Par popopopo - Publié dans : litterature et poesie - Communauté : LES ANCIENS D'ORANGE
Ecrire un commentaire - Voir les 112 commentaires
Lundi 15 septembre 2014 1 15 /09 /Sep /2014 15:35

http://youtu.be/6cDnV5c7Y3s

- «C’est quoi l’amour», demandè-je à ma’mamie-à’moi’tout’seul. Je viens de lire sur un livre d’images ce mot, j’ai trébuché un moment tout de même, puis en un éclair l’ai compris ?  


- «C’est un papa et une maman qui s’embrassent», me répond doucement Lucie. Elle ajouta, il a offert une bague et elle une boîte à gâteaux, avec sur le couvercle un bouquet de fleurs de Vie.


- «Moi je veux me marier avec toi», lui dis-je, comme cela j’aurais la clef du placard à bonnes choses trempées dans le miel. Et aussi pasque… La dame sentit son cœur frémir et, en échange de cette déclaration, lui fredonna une très ancienne chanson où l’on parlait de fleurs et d’enfants !

http://youtu.be/yzd_pCT8qY0

Plus tard devenu grand, du moins le pensait-on, il allait poser une fleur sur la dalle polie du «grand jardin». Souvent tu sais. Il y avait du soleil de la verdure des couleurs, et plein d’oiseaux en cet espace du souvenir. Dans ma ville poussiéreuse, c’était d’ailleurs un havre précieux de pure beauté.


Et puisque enfin je savais lire, je pouvais contempler les épitaphes, sourire aux choses.

Ma démarche faisait jaser dans les chaumières, pourtant j’expliquais aux non croyants que par temps clair les âmes papillonnaient. Jusque à voiler la lumière bleue. Evidemment personne, personne, sauf peut-être ma mère ne me croyait. C’était pourtant ma maman qui me l’avait enseigné : parler à celle qui n’est plus, dans le silence, avec des mots d’hier…


Depuis j’ai gardé cette coutume de me conter des histoires…

en moi-même - à voix-mi...

Et des fois encore, chut, je m’évade et disparais dans un monde différent. Ö, un simple instant, volatile fluctuant, mais suffisant pour m’envoler, me libérer, oublier sans doute, pardonner peut-être, redevenir le gâté de grand maman : tu sais, quand la vie ne nous faisait pas encore peur. Avant la guerre…


Pasque, j’ai toujours cheminé avec le souvenir de ma Lucie, attentive et gentille, qui elle au moins m’écoutait, sans même hocher la tête, contrairement aux grands qui grimaçaient du coin à m’entendre : Vous vous rendez compte, une Personne d’apparence sérieuse et distinguée, portant toutefois chapeau de paille, qui marchait souriant, marmottant, sur le chemin sérieux de vie ?


Lucie es-tu là, pigeon’vole, reviens-moi, vois-tu !

Et avec le temps je crois toujours en l’âme qui papillonne…


http://youtu.be/314Gq4x55i8

Ne vous moquez point de moi, s’il vous plaît ?

Guy

 

Par popopopo - Publié dans : litterature et poesie - Communauté : LES ANCIENS D'ORANGE
Ecrire un commentaire - Voir les 34 commentaires
Jeudi 28 août 2014 4 28 /08 /Août /2014 17:41

 

 

Ayant subi quelques revers de fortune, le Rêveur se retira dans une bergerie rustique de Provence. Il voulait écrire ses mémoires, tout en se réchauffant au soleil parfumé de lavande. Sur la colline un bruit se répandit par-dessus les chaumières : un étrange chevalier, marquis sans doute, se cachait pour oublier un chagrin de vie ! D’amour romantique peut-être ?


Toutes les bergères intriguées, même les bossues, les belles comme les laides, passaient négligemment devant le hublot. Espérant retenir son attention ! Il se nourrissait frugalement de pain bis, de beurre blond, et de miel blanc de lavande, trempé dans un bol à fleur empli de lait de brebis ! Bien crémeux et parfumé aux herbes de garrigue.


 

Un jour «Elle» tapa à sa porte, en vieux sabots et jupons d’antiquaire.


 

Il ouvrit son huis, la fenêtre grinça sur ses gonds rouillés, «elle» lui sourit, c’était un rayon de lumière, demandant hospitalité, amour… qui sait ? En fait, «elle» proposait simplement ses petits fromages et son beurre frais.


Le «marquis», courtois, la fit entrer, lui acheta de ses caillés et de ses galettes dorées, lui demanda son âge : vingt ans dit-elle, il répondit le bel âge. Contrairement à ce que pensent les méchants, il apprit qu’elle avait un fiancé berger, qu’elle l’aimait, à qui elle était promise depuis ses douze ans, et que les bans étaient lancés.


Il se mit dans son fauteuil à bascule en osier de pays, afin de méditer sur l’amour et la condition humaine. Les lignes de ses mémoires en furent toute imprégnées. Et dès la deux centième page, il sut que le sujet ne serait pas épuisé, avant le coucher du soleil pour le moins.


Lors il s’endormit dans son fauteuil, et rêva… De quoi donc ? Mais…


Mais du cadre de sa jeunesse évidemment : Le balcon au soleil, les hirondelles sous le toit, le sourire de la voisine, la Mer de Lumière. Alors il s’envola dans un ciel bleu si clair, parsemé de moutons blancs, dans toute la beauté du tableau, et redevint l’enfant qui lançait sur la toile un souffle de tendresse.


Guy

 

 

 

 

 

 

 

 

Par popopopo - Publié dans : litterature et poesie - Communauté : LES ANCIENS D'ORANGE
Ecrire un commentaire - Voir les 62 commentaires
Jeudi 7 août 2014 4 07 /08 /Août /2014 18:27

Musique de la guerre de sécession - Dixie - Vidéo Dailymotion

 http://youtu.be/__kQX12S9YI

J’avais seize ans, et me nourrissais d’idéal, d’eau fraîche et de Science fiction.
Allongé dans le grand lit, je m’étais plongé dans «la guerre des mondes» du merveilleux Wells ! H G pour les intimes. Boum boum de tous côtés, rayons lazer (lors on disait radar violet), des bruits d’engin mécano-electro-biotoniques, de sales gueules vertes de soldats cruels ricanants et laids, de pauvres humains qui fuyaient dans les canalisations de la ville, la fumée bleue, les éclairs rouge flamme, tout y était. 


Et moi me régalais. Je voulais d’ailleurs sauver une jeune personne du quartier abandonnée par ses parents qui couraient plus vite. Je fermais les yeux sur le livre, imaginais, j’étais le dernier à résister, un héro fatigué qui ne s’en rendait nullement compte… L’air étouffait. Je sentais de plus en plus l’odeur de la guerre, je me levais péniblement, ouvris la fenêtre, dehors c’était irrespirable, je refermais vite les volets et me recouchais ! A l’abri.


Ma sonnette mécanique tinta, un coup, deux coups, trois… Je me réveillai alors en titubant,  j’ouvris la porte. C’était ma voisine, la grande Simonette, laquelle inquiète me demanda : ça sent une drôle d’odeur, tu ne fais pas une de tes expériences au moins ? Simonette m’était destinée comme épouse par sa grand-mère depuis toujours ; c’était ainsi dans le temps.


Je sentis alors l’air épais, mais j’étais si bien.

 En trébuchant j’ouvris la fenêtre et tombait sur le balcon. Au bout d’un long moment, me réveillai, alla à la porte de la salle d’eau, et sentis le gaz qui remontait par le conduit. Je réalisai, descendis un étage, mis une pancarte à la porte du voisin d’en dessous qui était absent, Fuite de gaz, aérai tout l’appartement, et me recouchai finir mon livre.


Le lendemain dis à Simonette : pourquoi tu m’as laissé sur la dalle couché immobile ? Si longtemps.

Tu comprends, "Guy, tu me sembles parfois si drôle".

Lui ai tout de même dit merci, mais ne l’ai pas épousé, elle était trop grande et avait de grands pieds !


La vie s’arrête à de bien petits détails, vous savez.

Guy

 

 

 

 

Par popopopo - Publié dans : litterature et poesie - Communauté : LES ANCIENS D'ORANGE
Ecrire un commentaire - Voir les 90 commentaires
Jeudi 24 juillet 2014 4 24 /07 /Juil /2014 16:35

http://youtu.be/N-McjIMeC9I

 

http://www.ac-grenoble.fr/action.culturelle/DAAC/champs/patrimoine/files/oph00e9lie-pour-siteinternet.jpg

 

Imprégné (à jamais) par la beauté du Grand Nord Calédonien, sauvage et vrai, à la nature âpre sonore rythmée comme une ancienne tragédie grecque, et ce avant de m’exiler, je me devais de rendre hommage aux paysages, aux aventures humaines uniques étranges vécues par moi comme un don du destin.

http://www.tour-du-monde.nc/photos-nouvelle-caledonie/paysage1.jpg

Le titre et le thème seraient «du bout du monde» !

Dès les premières lignes, j’ai su que j'en serais prisonnier. Vous comprenez, j’ai aimé cet endroit perdu : Les cyclones y contant sans cesse exprimant la saga mystérieuse de la création des choses du monde !


Sur la plage de Poum en désordre, dans les algues et les coraux brisés, les coquillages laissés sur le sable par les vagues folles, gisaient au gré des algues. Certains si rares, si beaux, si nouveaux, si délicats, si précieux… comme cela abandonnés à la solitude humaine. Il me fallait vous les présenter !


Lors pour rendre plus musicale mon écriture, je me parlais à mi voix, disant et redisant des vers imparfaits, afin de mieux les corriger. Une voix… me répondait, intérieure extérieure, je ne sais. Inaudible sans doute pour l’un, étouffée pour l’autre. Et puis progressivement un changement se produisait, la voix devenait plus forte tout en restant toutefois sourde. Elle anticipait, trouvant le son, la mélodie que je voulais exprimer, me les soufflant à l’oreille, murmurant le juste mot.


Je sentais qu’une Personne d’Ailleurs, L'Autre, me guidait, sans doute pour réaliser une œuvre commencée et qu’elle devait terminer ? A deux, nous avancions…

Nourri de culture classique, je me souvenais que chaque homme avait une Muse à son écoute, lui tenant le doigt, le protégeant, le chérissant et l’aimant d’amour peut-être. Une Muse épouse fidèle, chantant en son écho l’œuvre poétique!


Ayant un ami savant, lui ai avoué tout cela, incertain, un peu intimidé, effrayé même de sa réaction : après un court silence, il m’exprima une pensée qui me parut étrange et qui sur le moment m’a étonné : «C’est le propre de la création, me dit-il sans même hésiter…».

Il me faut vous dévoiler maintenant un des poèmes doubles…   


Guy

 


 

                un matin     

                sur  la plage

                le vent du large

                soufflait

          un matin     

          sur la plage

          le vent du large

          pleurait

                un matin     

                sur la plage

                un coquillage

                mourait

         un matin     

         sur la plage

         un coquillage

         très beau

               un matin      

               sur la plage

               le vent du large

               parlait

 

                        un matin sur la plage

                        poème musical à deux voix-(île des Pins)

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/63/Mousai_Helikon_Staatliche_Antikensammlungen_Schoen80_n1.jpg/640px-Mousai_Helikon_Staatliche_Antikensammlungen_Schoen80_n1.jpg

Par popopopo - Publié dans : litterature et poesie - Communauté : LES ANCIENS D'ORANGE
Ecrire un commentaire - Voir les 72 commentaires

Texte Libre

ai tapé trois coups

sur le marteau et

 

Texte Libre

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés