Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 18:51

 

 

 

http://www.australietours.com/images/up/nouvelle-caledonie/prd/1484/1484_28985_600.JPGhttp://www.allboatsavenue.com/blog-bateaux/wp-content/uploads/2013/03/photo-sat-SANDRA-cyclone.jpghttp://i29.servimg.com/u/f29/14/59/83/93/1036b-15.jpghttp://1.bp.blogspot.com/_XEgHJZTsGgg/SBQFqmbwtwI/AAAAAAAAARQ/AXeMH5wIj9g/s400/P2270088.JPGhttp://image.mabulle.com/i/im/impulse.mabulle.com/scoubidous.JPGhttp://morbius.unblog.fr/files/2010/02/machine.jpghttp://teemix.aufeminin.com/album/D20070601/297785_XUSOV1TC7MLRUYRMBRAS8YX3H7SA2B_my_website_by_melgama_H194616_L.jpg?w=1

 

Depuis l’enfance, je cherchais une porte temporelle.

Oh je ne la nommais pas ainsi, j’étais si jeune ! Mais j’adorais ouvrir les vieilles valises fermées, forcer les serrures rouillées, crever le ventre des poupées mortes, m’imaginer -comme plus tard je l’ai lu chez Wells lequel m’en a volé l’idée- en une machine à explorer le temps, cet outil merveilleux permettant de passer à travers les murailles défendues.

Certes je n’envisageais pas d’au-delà farfelu scoubidou’bidu ni même filandru. Non simplement un monde différent tout en étant assez nouveau pour un voyageur enfant, et quand même rassurant… Du sur mesure en quelque sorte. Qui procure juste le frisson d’interdit !  Mais d’où l’on pouvait revenir revoir sa maman ses amis sa maison, en leur contant les mystères.

Et puis un jour que je voyageais, devenu enfant grand, dans un pays de contes de fée et de géants, de masques grimaçants, de requins cannibales, la Calédonie vous savez, je suis allé en son grand Nord, à Poum la sauvage la si bien nommée. A peine arrivé, une angoisse m’envahit au plus profond. Il est vrai que le ciel se couvrait d’une manière étrange, comme si un cyclone se préparait.

Poum les attire, il est d’ailleurs réputé pour cela…

Alors je fis un poème sur ce bout du monde pas comme les autres. Vous pouvez penser que j’aurais du en connaître d’autres : que nenni, c’était le premier seulement… mais combien il m’a envoûté !

 

Le voici :

 

         Il est un point perdu nombril d’un monde cosmique

         où le fil du temps… parfois peut s’arrêter

         une plainte sourde un feulement feutré

         un univers aigu acoustique et verdu

 

         Si tu sais accrocher avec un cœur d’enfant

         la soie qui se déchire en un délire d’argent

         si tu sais approcher avec un corps d’amant

         le cyclone mauvais poignard tourbillonnaire

 

         Tu peux alors toucher même s’il te faut passer

         la porte unique et sombre de la fracture du temps

 

         Poum

 

J’en ai discuté avec le père Winchester, un vieux calédonien basané, bizarre, respecté de toute la tribu (le village), original vendeur de papaye confite et autre fruit suspendu mis à sécher sur une corde à linge, lequel m’a assuré recevoir des confidences à l’oreille, les nuits de grand cyclone. Et j’ai été tenté de le croire tellement le bonhomme était étrange. Il était d’ailleurs descendant lointain d’un cuisinier anglais assassin de capitaine, déserteur bon teint.

Et si… j’avais effleuré sinon même entr’ouvert le portail que je cherchais depuis que j’étais petit bout de garçon ? Et si le passage était possible ? Et si…

 

Guy

 

Repost 0
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 10:44

http://www.poetes.com/baud/images/bchimere.jpg 

http://p9.storage.canalblog.com/96/89/347638/36594879.jpghttp://p9.storage.canalblog.com/96/89/347638/36594879.jpghttp://www.gatsbyonline.com/Users/3694/Images/Divers3/2014-Ssc-Tuatara-17.jpghttp://serotjf.com/wp-content/uploads/2012/11/IMG_1586.jpg

 

Pendant la vieille préhistoire quand on était lézard on avait d’ailleurs le troisième œil. Un savant professeur m’a dit un jour : il en reste une glande, c’est là que résiderait le génie secret des hommes.
Certains animaux l’ont conservé intact ! D’ailleurs les dragons l’ont toujours grand ouvert. Tu diras : les dragons ça n’existe pas ! Et pourtant… Les contes de fée, les légendes, les peintures chinoises, les méchantes langues l’affirment avec insistance et des fois poésie. Tu diras, baliverne, faribole, falbalas, tout cela n’est pas véritable. Moi, il me faut voir pour croire sinon toucher.
Mais voit-on l’air ? Touche-t-on les étoiles, la nuit le jour… Il nous faut admettre qu’il existe des êtres, de mystérieux corps que l’on ne voit pas semble-t-il… Une chimère par exemple. Sans cette faramineuse bestiole le monde marcherait à cloche pied, n’est-ce pas ? Et la prémonition ? Tu sais quand on observe ou bien éprouve quelque chose qui doit se produire et qu’on en a la certitude, qu’on la touche, s’y brûle , se réveille avec un sentiment d’évidence !

Lors dame raison, impérieuse sûre d’elle, hausse les épaules… chasse l’impertinent.   Parfois on subit une présence, le poids d’un regard silencieux derrière le dos, et puis l’insistance se fait lourde, on finit par se retourner, on sent dans la pénombre comme un frémissement.  

Ou bien on l’imagine… On rejette l’intrus, on se replonge dans le silence et la solitude raisonnable : on se dit un peu incrédule, quelqu’un devait parler de moi, quelque chose se serait passée d’important ! Comme si c’était raisonnable même de le penser. Les oreilles sifflent cependant, un sens inconnu semble nous titiller : lors s’éveille le troisième œil, lequel se manifeste, picote lancine…

 Combien de fois dans une excavation sombre, nous sentons un regard, un appui, un miroitement même, qui semble apaiser un instant l’inquiétude du noir. Beaucoup de civilisations dites sauvages, admettent cette vision secrète, la représentent la content l’encensent la chantent et même la dansent, en une mélopée venue du fond des âges.

 Une fois dans ma petite enfance, des nains «dits négros» avec un taureau noir impressionnant marchaient dans la grand’rue de ma ville, tenant des cymbales des fifres des clochettes, faisant mouvoir les boucles brillantes du nez et des oreilles de la bête, et tous dansaient en musique. Ma maman m’a dit alors, il faut vite mettre une pièce dans leur sébile de cuivre ‘rouge étincelant’, autrement ils nous jetteraient le mauvais œil. Et tous, y croyions ferme.

Un frisson de préhistoire !

 Ah cet œil mauvais, mal «occhio» disent les Piémontais… Qui nous poursuit depuis la nuit des temps. Contre lequel nous devons nous protéger en ré’ouvrant dare dare la prunelle protectrice d’en haut.

Guy

 

 

 

NB ce jour internet ne m'obéit pas

la shkoumoune ss dte

 

Repost 0
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 10:34
 
 
Avec Noé un langage unique devait surnager.
http://images19.levif.be/images/resized/400/015/420/367/9/500_0_KEEP_RATIO_SHRINK_CENTER_FFFFFF/image/La-tour-de-Bruxelles-Eric-De-Ville-08-2008-4-Collection-de-l-artiste-.jpg
Babel aurait au contraire amené ensuite la confusion des langues ? Une de mes recherches, marotte «maniaco-optimiste» disent les incrédules, fut de «retrouver» cette langue unique universelle d’avant Babel. Sans doute résiduelle de la grotte de Cromagnon, pasque ce bonhomme cavernicole, a vraiment existé nous le savons...
http://images.telerama.fr/medias/2011/04/media_67745/le-bresil-aussi-avait-son-cro-magnon,M51975.jpg
J’ai donc remarqué une certaine universalité au moins dans nos nombreux grognements et onomatopées animales issues de la préhistoire. Haye par exemple se dirait partout, même dans l’Himalaya ou même chez les papous ; passons évidemment sur l’orthographe, vieil apanage des vieillards. Un autre son évident réside en la musique variation du «Mmm» ! Homme, aime, maman, hummm, mami, manitou, etc. Aussi, la première fois qu’on m’a parlé de «Mana», j’ai reçu le choc !
http://christine598.files.wordpress.com/2007/11/terre-maori.jpg?w=590
Mais oui, la mana serait cette force d’éternité, secret de ma recherche. Dans tout l’hémisphère Sud ce mot exprime en effet la force magique, et le vecteur en serait la Main, le «mano a mano». Tel mage nous fait toujours d’ailleurs le coup de l’imposition des doigts… J’en ai souri jusque au jour où machinalement j’ai posé ma paume droite sur la tête d’une jeune élève qui pleurait pleurait pleurait et qui s’est tout de suite calmée. Serais-je moi-même magicien, disciple chaman (tiens encore le mot) de la grotte cachée ?
http://www.la-croix.com/var/bayard/storage/images/lacroix/ethique/sciences-humaines/les-mains-peintes-dans-les-grottes-prehistoriques-seraient-l-aeuvre-de-femmes-2013-10-17-1044554/36106210-1-fre-FR/Les-mains-peintes-dans-les-grottes-prehistoriques-seraient-l-aeuvre-de-femmes_article_popin.jpg
En Madagascar, on m’a imaginé posséder des pouvoirs ! Sic. J’avais ainsi les meilleures mangues du marché. En Calédonie, ce mot est ma foi à toutes les sauces, dans le sens de «baraka» qui est l’effet positif de la Mana. Je n’y croyais guère jusque au jour où j’ai rencontré Noré (honoré).
http://img.over-blog.com/413x600/4/33/08/69/Peinture-persane/Miniature-illustration-Livre-des-rois.jpg
Invité chaleureusement dans sa ferme rustique en bois, nous avons sympathisé et j’ai constaté son pouvoir certain sur les poules les pintades les lapins les oies les canards les pigeons… qui accourraient ensemble à son appel : «petits petits». Et -sur ses fruitiers- à qui il fredonnait des mélopées apaisantes en leur caressant doucement l’écorce sic. Et à ses dons de Sourcier qu’il exerçait gratuitement ; et si par insistance il y avait remerciement, il en offrait l’argent aux bonnes sœurs de Bourail.
http://www.elwatan.com/images/2012/04/13/tassili-018_951686_465x348.jpg
Il soignait certaines maladies, blessures, commençant invariablement par : «ô le pauvre petit»… Quand il commençait une phrase, souvent je disais comme en écho la suite. Une même longueur d’onde  peut-être ?
La mana est donnée à tous, mais il faut  se connaître  la découvrir  ne point la rejeter  et l’utiliser pour le Bien ! Oui oui.
http://coukie24.unblog.fr/files/2010/07/tendre20momenthuile24x20egarant03.jpg
Les pouvoirs de l’homme sont si mal connus vous savez. Comme la tendresse…
Guy
 
Repost 0
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 17:49
http://lablogueuseetaitenrose.hautetfort.com/media/00/00/1329189243.jpg
…..son premier geste, entré at home, est de se regarder librement dans la glace de la chambre à coucher de sa mère ! La coupe de cheveux militaire est vraiment disgracieuse, se dit-il. Aussi notre guerrier, en permission définitive, court chez son coiffeur ancien, au coin de la rue.
http://www.brain-magazine.fr/images/stories/REPORTAGES/VIS_MA_VIE/Coiffure_Africaine.jpg
J’entre donc, je m’assoies, réponds aux salamalecs de bienvenue, «ça fait bien longtemps…» Je vais vous arranger ça, me dit l’homme d’art. Refaire de vous un beau garçon ! En attente sage, je consulte les revues…
http://th09.deviantart.net/fs70/PRE/i/2013/151/e/8/georges_moustaki___paris_match_3341__couverture__by_rsphotocreation-d6792e4.jpg
Chaque Figaro a son magasine, ici c’était Paris Match ! J’ouvre le dernier magasine, trouve un article de fond sur les Horoscopes. Plusieurs pages par signe, mes chers ! Je remonte en arrière, trouve un numéro précédant, tombe alors devinez sur les Gémeaux : les natifs de Juin dont petit Guy. Les meilleurs.
Signe d’Air, d’intelligence, de malice, de goût exploratoire, insaisissable, voyageur, curieux, que de compliments.
http://www.ateliermagique.com/uploads/thumbnails/uploads/drawing/042400/042381/les-gemeaux-la-femme-papillon_500x500.jpg
Il y avait cependant un seul petit bémol : Double personnalité ! Ce qui donnait à réflexion toutefois, mais je passais outre…
http://delphinecossais.typepad.fr/.a/6a00d835458e3653ef017ee3ffa910970d-800wi
Couleur le bleu turquoise décidément, métier artiste ou professeur redécidément, charmeur  ou charlatan, beau parleur qui parle parfois comme ça, pour rien, pour rire. Je m’y voyais comme un gant ! Lors je sortais avec une étudiante Vierge, tout coiincidait : métier commerçante ou pharmacienne, justement c’était encore ça ! Le vert sa couleur… Rereça. Alors je reçus un choc : et si les horoscopes disaient vrai ? 
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/13/The_Lady_and_the_Unicorn_Sight_det4.jpg
J’entamais un sondage, mis au pied du mur beaucoup avouaient y croire. Ma maman disait du bien des Balances… Ma sœur… Alors me suis attaché à la divination, jusque à tenter de faire tourner les tables. Et surtout à la transmission de pensée : je consacrais mon énergie à persuader mes partenaires de jouer la couleur de cartes qui convenait et, bien souvent (je n’ose) je gagnais. Ce fut ma période tripot, où l’on jouait au bridge dans des fonds de brasseries enfumées, avec des potes cigarette au bec.
http://www.alhuilesurtoile.com/im/articles/Botero_CardPlayers.jpg
Je développais le don, et sans en faire mon gagne pain, j’en tirais quelques avantages, par exemple impressionner et rendre ma partenaire de boum ou de bal vaporeuse… Sic. En cas d’acceptation. Pasque alors les bals se faisaient encore, sauf grand changement : l’on invitait maintenant sa danseuse d’un geste lointain! Avant mon service militaire, c’était un monde différent, il nous fallait aller le cœur battant à la table de la belle, traverser la salle parfois dans la lumière, lui exprimer son plus beau sourire, lui dire d’un ton persuasif : vous « dansez mademoiselle ?»
http://fc01.deviantart.net/fs70/i/2012/203/5/2/geisha_del_rey_by_maxencel-d588rb0.jpg
Certaines boudaient, se reculaient même, d’autres acceptaient du bout des pieds, d’autres encore refusaient niet, pour faire sans doute les intéressantes.
http://lesyeuxdargus.files.wordpress.com/2013/03/la-danse-chagall.png
Combien de Niets ai-je reçu, si vous savez ?
Malgré les horoscopes les tables tournantes et la divination.
http://www.pixelcreation.fr/fileadmin/img/sas_image/galerie/animation_3d/Il%20etait%20une%20fois/04%20Il%20etait%20une%20fois.JPG
Une fois....
 
GUY
Repost 0
5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 16:11
http://www.kazeo.com/sites/fr/photos/144/la-diseuse-de-bonne-aventure_1442814-L.jpg
En ce moment, quand j’ouvre la boîte aux lettres, je trouve des réclames de voyance et maraboutage. Des fois ça l’air tout à fait sérieux, une société qui aurait même pignon sur rue. La dernière était étrange et bien appétissante à la fois, atchoum, à vos souhaits ! «Grand devin du Mali, diplômé, par téléphone … vous dirait comment se faire aimer ou et à défaut gagner au loto».
http://varsable.canalblog.com/images/01___Marabout.jpg
Un touareg sans doute expatrié pour cause politique et financière.
J’aime l’aventure, je plains les exilés, j’affectionne les entreprenants. Ayant un faible pour le Sahara vu l’hiver qui s’annonce, je m’apprêtais à tenter l’expérience… Et puis à Oran pullulaient cartomanciennes et magiciens. Les jeunes filles en mal de mari, fréquentaient activement leurs officines.
http://static.ladepeche.fr/content/media/image/zoom/2012/02/04/201202041527.jpg
Il faut dire que à l’époque, une femme sans prétendant ni amoureux, se sentait frustrée et rejetée. Le comble était d’en avoir plusieurs à ses pieds. Tous avec une bague proposée. «Manman, il veut m’épouser». «Ne lâche pas l’hameçon, il est beau au moins, et intéressant»? 
http://img.over-blog.com/300x294/2/90/74/49/odyssee.jpg
Moi je n’ai jamais consulté de sorcières en mon Oran, je vous le jure, mais j’en connais plusieurs dans mes relations, poussés par leur mère. A quoi reconnaître l’ensorcelé, à plusieurs signes : il divague dans ses paroles, et dans ses pas. Mais il porte la tête haute et fière, avec cependant quelque chose de hagard. Il a l’œil du destin : le bon ou le mauvais oeil, là est le problème.
http://bnr.bg/sites/fr/lifestyle/folklore/PublishingImages/72/13-03-20-68561_1.jpg
J’ai failli téléphoner, mais ne l’ai point fait ! La frousse des sorciers ! Pasque ça existe, nous le savons, pauvres de nous. La sagesse m’aurait-elle enfin gagné ?  Pourtant j’en ai gardé l’eau à la bouche, en ai rêvé toute la nuit : l’amour l’argent et le vin fin !
      http://www.theatrhall.com/img/dia/BACCHUS_1.jpg
Et aussi de ma folle jeunesse au soleil sachez-le.
Je vais vous faire une confidence, je manipulais les tarots pour impressionner les filles, lesquelles faisaient semblant de marcher sans doute.
http://www.carte-imprimer.com/sites/carte-imprimer.com/files/images/main-fatma-islam.imagemoyenne.jpg
Guy
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Repost 0
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 16:33

 

http://www.programme.tv/media/cache/relative_max_355x272/upload/epgs/la-foret-d-emeraude_26491_1.jpg

Tout enfant j’étais déjà à l’écoute des contes et légendes, plus dans leur caché que dans leur déroulement.

http://cdn-gulli.ladmedia.fr/var/jeunesse/storage/images/gulli/teasers-flash/dessins-animes/aa-da-dossier/il-etait-une-fois-notre-terre/19303092-1-fre-FR/Il-etait-une-fois-notre-Terre_432_324.jpg

«Il était une fois…» Ces quelques mots déclenchaient en moi une émotion intense non de plaisir mais d’émotion devant l’ouverture de la porte du Secret. De quelle porte direz-vous? Bien sûr, celle de l’imaginaire du merveilleux du fantastique. Pourtant j’avais besoin en même temps de rambardes, de murailles non pas protectrices mais comme assurance de réalité. L’esprit est bien complexe nous le savons, un monde transformé devant rester quelque part encore possible au moins comme recours.

http://ekladata.com/nyJ2fYZehNAP1IQ037f1lj40ZP8.jpg

Suite à un premier film (en noir et blanc) puis d’autres, j’étais toujours fourré au cinéma Rio, autre «Paradisio». Et je suivais les épisodes de Tarzan… La salle survoltée, vibrait à l’unisson, haletait, applaudissait, huait les méchants les chasseurs les bandits.

http://1.bp.blogspot.com/-vxHXKNttWII/T79Ga1UtC9I/AAAAAAAACaM/X9cr5KoSIqk/s1600/tarzan.jpg

La grosse propriétaire entrait quand le bruit était trop fort, pour calmer l’enthousiasme d’une jeunesse pauvre qui n’avait pas la télévision. Je savais que c’était toujours le même lion, je reconnaissais l’éléphant à une cicatrice, mais l’élan vital des spectateurs était tel, si communicatif… D’ailleurs il y aurait une étude de la foule -comme d’une personne complète- à approfondir.

http://culturebox.francetvinfo.fr/sites/default/files/styles/article_view_full_main_image/public/assets/images/2012/12/tarzan-johnny-color680.jpg?itok=d7dS9-Ie

J’adorais ! J’étais il me semble le chouchou de la grosse dame qui me serrait dans ses bras, en veux-tu en voilà.

http://img.over-blog.com/347x472/2/50/46/77/La-grosse-dame.jpg

Plus tard suite aux Robinsons, je dévorais les Aventures d’évadés d’aventuriers, en forêt de Guyane ou d’Amazonie. Et bien plus tard encore un gamin de sixième complice me dit un jour à l’oreille que… la «Forêt d’Emeraude film» irait à son professeur comme un gant ! Vous pensez, croquer des «émeraudes» et devenir invisible dans les feuillages… Un jour, devenu enfin sage, je compris alors que le mythe de Tarzan rejoignait celui d’Eden et de Noé, mythes qui m’intriguent tout autant.

http://www.ac-nice.fr/lettres/gassin/img/Alain/MATISSE_BONHEUR.jpg

Alors, vous comprenez les séries policières de la télé, ça me laisse froid, je zappe, j’ai encore en mon souvenir l’homme singe qui se balance sur des lianes en poussant un cri paraît-il tyrolien. Vous pensez, un commissaire froid calculateur muet implacable méchant qui arrête en ricanant une pauvre suspecte (par ailleurs sexy) qui n’a rien fait, même si c’est Alain Delon ou Klint Eastwood, ce commissaire me laisse froid.

http://www.yveslaroche.com/_files/news/263_heist.jpg

Ah les bons Tarzan, les Charlie Chaplin, en noir et blanc, ça c’était autre chose !

http://blog.fleuruspresse.com/wp-content/uploads/2012/01/Charlie-Chaplin-Christophe-Recoura.jpg

A moins que je ne courre après ma jeunesse…

 

 

Guy

Repost 0
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 10:46

 

http://fr.unesco.org/aspnet/sites/default/files/swallowkazak.jpg

Notre balcon en fer forgé avait pour toiture un auvent de vieux bois. Et à l’angle, bâti de salive de paille et d’argile, se tenait un nid d’hirondelle. Je l’aimais et le protégeais contre les méchants. Certes nous n’avions point de chat, heureusement, logeant au sommet d’un gratte-ciel de cinq étages. Ni de chien, ni de cochon d’inde. Mais un lapin un jour disparu, une tortue envolée, un canari, dans une cage vide, libéré par ma sœur au grand cœur !

http://2.bp.blogspot.com/_xl848-YGNb0/S9HTCQXVaiI/AAAAAAAAAAU/8DzCCITLxa0/s1600/Avril+2010.jpg

Donc, les hirondelles ne craignaient personne !

Je passais de longs moments en observation, sans bouger une main ou bien une aile. Vous allez dire, un enfant n’a pas d’ailes ? Mais sur un balcon, au soleil, au printemps, dans un début de pénombre, face à un nid d’hirondelles…l’enfant devient oiseau, l’oiseau se pose au bord du nid et contemple les petits.

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSZVKKuycXsTIxFmGrPX1VIf0RageZFgycG3MNaBA5ATjfR3aM4TFD93QGwuQ

C’est passionnant une famille à plumes, la maman vole avec délicatesse, nourrit le bec ouvert de ses petits avec des sauterelles ou des moucherons, et en échange pour dire merci l’oisillon pépie. Ö, on l’entend à peine, mais il chante son plaisir, un peu comme un écolier qui revient de l’école, trouve la maman, et dévore en chantant son goûter.

http://www.meilleurenclasse.com/themes/default/Images/blogImages/mec_news49.jpg

Car un écolier, chante et danse, pour dire merci à sa maman.

Parfois, je pense au spectacle de la vie, les orphelins des champs, les oubliés du monde, qui n’ont pas de maman hirondelle… Alors devant le nid, je reste immobile en contemplation. Et puis des ailes sortent, et l’oiseau s’envole, en un ballet linéaire et surprenant, dans la lumière toute bleue. Et moi, je reste, à attendre le retour de la vie.

http://agoras.typepad.fr/.a/6a00d8341ce44553ef0105371b0f05970b-320wi

Dans notre paradis douillet de tiédeur, les passereaux sont fidèles et le nid n’est jamais vide, du moins je le pense… Car l’hiver, l’enfant ne met guère son nez au vent pour vérifier son rêve. Lors dans le ciel, les nuages prennent des formes de visages grimaçants. C’est drôle comme la nature étonne, inquiète même, puis rassure quand on la déchiffre, et apaise des fois quand enfin au printemps reviennent les hirondelles !

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTRZ2F-LhRMWyVUonFc-F5kx-sStJoAc915n0kA9iMi6VL4fuO1VJqvtVWl

Et moi j’attends le printemps, la nuit tombe tu sais. J’ai froid, j’ai peur…

http://www.jesuisfeministe.com/wp-content/uploads/2011/11/peinture-tableau-peur-enfant-3.jpg

GUY

 

 

Repost 0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 10:51

 

http://www.larousse.fr/encyclopedie/data/images/1005175-Robinson_Cruso%c3%a9.jpg

J’avoue avoir dévoré en entier la Comtesse de Ségur, elle- même en personne, pardon. Bizarre pour un garçon turbulent par ailleurs. Puis, ce furent Les Robinsons. A la grande bibliothèque de notre bel Oran, il y avait à l’entrée, en musée, impudiquement exposés, des peintres amoureux de la femme berbère dénudée avec tous ses tatouages, un squelette suspendu d’une baleine gigantesque… Puis la porte de cèdre rouge sculpté s’ouvrait en la salle solennelle de lecture.

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQBctjIAq5kAbCZa3G7Ww7xGX5DVON3jAENINjhBHFXwpTBmNuIKUEbHIel

Jules Verne m’y avait initié et j’avais d’ailleurs entrepris d’explorer son œuvre.

Alors en complément de son chef d’œuvre, «l’Ile» n’est-ce pas… ceux furent les Robinsons. Je m’aperçus vite que les titres toujours alléchants foisonnaient… Cependant, après cette Ïle Mystérieuse, je me sentais le besoin de comprendre et de commencer enfin la conquête glorieuse tout aussi prenante du pain quotidien.

http://pmcdn.priceminister.com/photo/l-ile-mysterieuse-tome-1-de-jules-verne-899737331_ML.jpg

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51L-C3%2BwiiL._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_AA300_SH20_OU08_.jpg

Dans le livre, il s’agissait en son ensemble d’une simple entreprise de découverte, avant tout mécanique, physique ; l’épisode du grand singe portier d’ascenseur m’avait effleuré dans doute, mais l’oeuvre restait une fresque (à l’ingénierie exponentielle de l’homme en la matière). Ouf !

http://i3.cdiscount.com/imagesok/medias/8/145589.jpg

J’avais soif d’invention biologique, pour nourrir les hommes pas moins, mon péché mignon chut. Et ma recherche jusque alors avait été la découverte d’un buisson ardent de câpriers sur les pentes de Santa Cruz, qui donnaient des fruits-miracle. Ainsi Monsieur  Robinsons, je le mets au pluriel, çte bonhomme unique, réalisait mon rêve lui avec une dextérité admirable : il trouvait de vieilles graines de blé moisies dans une poche désespérée, plantait les graines abandonnées, cuisait alors du bon pain, croustillant j’en suis persuadé ! Incroyable, n’est-ce pas ? Un autre de ses acolytes faisait mieux encore, trouvait –devine- des arbres à pain. Sic ! Où les pains seraient suspendus comme fruits aux branches ?

http://jabiru.blog.lemonde.fr/files/2006/12/arbre-a-pain.thumbnail.jpg

J’étais ravi du génie humain.

Alors je imaginais de vivre exprès quelque naufrage, pour me tester.

http://us.123rf.com/400wm/400/400/paulvinten/paulvinten1107/paulvinten110700001/9950378-poisson-papillon-de-mer-rouge-sur-un-naufrage-avec-belles-coraux-mous.jpg

A Oran ç’n’est pas la mer qui manque, mais ceux sont les bambous à tout faire. Un radeau, pas si facile ! Un jeune voisin était spécialiste des boîtes à savon avec roulements à bille, appelées chez nous «cacharoullos». Je le sollicitais, il me dit que son père, réfugié de la guerre d’Espagne, ne voulait pas nous aider, car il recherchait la tranquillité.

http://saussan.blogs.midilibre.com/media/01/00/331091840.JPG

Alors on se réfugia dans le rêve, bien que sur le balcon, j’accumulais à tout hasard des outils disparates, des cordages, la boussole de mon père, une encyclopédie jaunie, la pochette de couture de ma grand-mère et mon revolver en bois qui ne servait plus. Et on se réunissait sur le même balcon, pour échafauder un naufrage lointain. Ma sœur restait au dehors, jouant toujours à la poupée. L’un commençait, l’autre suivait, j’ai d’ailleurs utilisé moult fois cette technique d’enchaînement pour construire plus tard des histoires avec les élèves …

http://images.jedessine.com/_uploads/_tiny_galerie/20100313/vign-contes-pirouettes_2kd.jpg

Mais voyant que nous stagnions immobiles sur le sable, il me vint alors l’idée de devenir un premier Robinson des étoiles. Le groupe s’enthousiasma, les idées fusèrent, on décida de commencer par explorer Jupiter, pourquoi Jupiter, pasque on l’avait appris en cours de latin et que c’était un dieu à ressources.

http://4.bp.blogspot.com/-EzPJbS57jmk/TnFi3YwrUGI/AAAAAAAAUkk/TG_J-0zkjbg/s400/Vertumne%2Bpar%2BArcimboldo.jpg

Un jour un professeur de français me demanda d’écrire une histoire. Lors je lui contais mes découvertes : planète inconnue au ciel toujours rose, à la mer jaune d’oeuf, au sable vert émeraude, où poussaient des arbres à pain ! Et où les poissons volaient comme papillons.

http://agnes.boulloche.free.fr/images/prod_06/06Poisson-Volant-8F.jpg

Il a mis deux sur vingt à la copie en disant que même dans l’invraisemblable, on ne doit point perdre de vue le vraisemblable. Sic !

http://quotiriens.blog.lemonde.fr/files/2010/08/winslow-homer-the-new-novel-also-known-as-book-1877.1282961249.jpg

Cercle vicieux, n’est-ce pas ?

 

 

Guy

Repost 0
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 14:36

 

http://3.bp.blogspot.com/-9Ctd8alxhGI/T8CvoPL2h3I/AAAAAAAAEZU/cmA4uksPHKI/s1600/casserole.jpg

Je n’avais point porté attention au papier dansant, descendu du toit la veille, qui volait comme papillon. Tellement et tellement de billets pour nous convaincre que l’Algérie était française, ce depuis et pour la nuit des temps ! Alors celui-ci, ne l’avions point cueilli sur le devant de la maison.

http://www.slate.fr/sites/default/files/imagecache/node-story/filleislam.jpg

Il fallait, à minuit, sortir et faire du bruit, avec un instrument de musique, n’importe lequel, sachez-le. En musique donc je me répète et, par-dessus le marché, selon un rythme de mélodie guerrière : Algérie française ! Ta ta ta ‘ tata.

Répondait alors, des quartiers arabes, la même musique  inversée : Ta ta ‘ tatata. Ya’hia Benbella.

http://lesindignesduquebec.files.wordpress.com/2012/06/tv-casseroles-la-tc3a9lc3a9-des-indignc3a9s.jpg?w=300&h=288

En pays méditerranéen, le bruit et la danse accompagnent toute festivité. Il s’agissait ici de conjurer le mauvais sort, là d’appuyer la victoire. Et dans l’ombre noctambule et le rêve fantasmatique, ce charivari bien orchestré s’en donnait à cœur joie ou à cœur pleur pardon !

http://img.over-blog.com/500x368/1/96/87/43/manif-locales/Collegiale-de-Bueil-en-Touraine/2009/peinture-61.jpgAlors pour ne pas nous différencier des voisins qui n’avaient plus que cela pour faire entendre leur peine -plus ou moins déguisée en ultime espérance, nous sommes sortis, l’un avec une poile à frire, l’autre une casserole, et nous nous sommes manifestés avec insistance.

http://20.versionoriginale.emdl.fr/vo2-5/files/2011/02/matisse_danse.jpg

Et l’on tapait en rythme, sur le métal, sous les regards admiratifs des voisins plus ou moins bien attentionnés, qui pensaient : ceusses-là au moins ils obéissent au papier volant. Et l’on tapait avec conviction, pour se bien faire remarquer, pasque… on craignait tous quelque représaille possible du signataire de l’ordre donné à la nation. Les murs ayant des oreilles, d’ailleurs dessinées sur les parpaings…

http://moreas.blog.lemonde.fr/files/2011/08/La-manif_Peinture-1957-sign%C3%A9e-Lours.jpg

Même que un grand journal humoristique du mercredi avait affiché la photo du même Général décoré de l’ordre de la batterie complète de cuisine. Le grand charivari, le plus terrible, prit date la veille de l’indépendance, il sanglotait désespéré et les voisins se regardaient, les derniers restants… en grimaçant et en pleurant. 

http://img15.hostingpics.net/pics/199430333333333333333.png

Une histoire si vraie que l’on pourrait ne pas la croire !

http://www.odettemonnier.com/wp-content/uploads/2012/09/Cheval-Magique-20x20-cm-2004-640x360.jpg

Guy

 

Repost 0
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 17:52

 

http://ekladata.com/FeJtEczKwLUCGfF5-Uvs-QlQ59s.jpg

 

A travers la vitre, je regarde mes cyclamens fleurir, fragiles élégants délicats… Dans les massifs, sous les buissons de roses dépeignées, un tapis de pétales vivants qui parsèment la terre fraîchement dénudée. Grâce des choses, la nature nous réveille. En automne, comme pour estomper la tristesse du ciel, la brume grise vous savez, elle nous offre ces petites taches pastel qui ressemblent à des ailes d’oiseaux. Et l’on s’évade... Ces fleurs demoiselles sont orchidées si légères n’est-ce pas, mi libellule mi papillon.

http://www.amesauvage.com/medias/images/le-ballet-des-oiseaux-2.jpg

Au travers de la vitre, je les vois frémir, préparant leur envol, palpiter, boire une dernière goutte de rosée avant de prendre une bouffée de l’instant… Elles sont vraiment vivantes, cela se voit, cela s’entend, elles parlent d’ailleurs d’une voix presque audible. Mais que content–elles ? Les secrets cachés de l’univers évidemment, les pourquoi de l’amour ! Dans mon pèlerinage sur terre, cette interrogation m’a toujours interpellé, s’accrochant à mes basques de voyageur.

http://www.galerie-com.com/grand_img/0986099001340884419.jpg

Non pas l’existence miraculeuse du Divin, ma grand-mère me l’avait dévoilé, une fois pour toutes, c’est entendue... Mais le sens de l’amour, concept immense, impossible à cerner. La soif insatiable de l’universel, sans doute. Cependant je restais insatisfait. Puis, un jour en admirant la mer, le soir tu sais quand elle se colore de vieux rose et ensuite de pourpre moiré avec des nuages vert pierre précieuse, j’ai compris que ma recherche serait désormais celle de la beauté. 

http://cathou24.c.a.pic.centerblog.net/361a0197.jpg

Plus tard je me suis demandé si je n’étais point aveugle aux profondeurs de l’être,  source unique réelle d’esthétique selon Dieu ? Puis j’ai trouvé dans l’éclat des apparences une réponse : l’éphémère rejoindrait-il l’éternité ? Comme si  l’humain communiait en la vie dans l’amour et l’harmonie.

http://www.bolappetit.com/images-expo/Expo-Gerard-Bouguin/Visage-femme-fantastique-peinture.JPG

Lors, ne dit-on pas devant une œuvre d’art, « mais mon dieu que c‘est beau ! »

http://www.rome-decouverte.com/wp-content/uploads/2013/03/femme_pompei-273x300.jpg

GUY

 


Repost 0

Présentation

  • : popopopo
  • popopopo
  • : humour poézie compassion, écrire au troisième degré,, parler d'Oran, et de tout
  • Contact

Texte Libre

ai tapé trois coups

sur le marteau et

 

Recherche

Texte Libre

Http::::www.lefildarchal.over-Blog.fr