Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 décembre 2016 5 09 /12 /décembre /2016 17:51
Repost 0
Published by popopopo
commenter cet article
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 18:28

 

 

 

 

 

 

 

 

 j’ai vu sur la colline

  une p’tite église tribale

  en chaume de pays

  rustiquement tressée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  la lumière y filtrait

  dans un damier mural

  des formes et des lignes

  universelles et vraies

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  j’ai vu sur la colline

  une chapelle tribale

  en chaume de pays

  rayonnante de beauté

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    temple du pauvre et du voyageur 

 

                                         près de Ballade

                                côte Est

                           Nlle Caledonie

Repost 0
Published by popopopo
commenter cet article
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 17:18

Cahier du souvenir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le soleil rouge  le soir

jette sa lumière sur la mer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

au creux d’une vague dernière

un coquillage  laissé

 

 

 

 

 

au creux de ma main posé

ses couleurs m’enchantent

 

 

 

 

 

 

 

 

je lui donne un baiser

je lui donne un baiser

 

 

 

        

 

 

 

joli coquillage

 

Soleil rouge, lune rousse sont signes

de bonne pêche disent les Mélanésiens

« Poèmes du bout du monde »

 

 

 

Repost 0
Published by popopopo
commenter cet article
12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 16:16

HAÏKU

 

 

 

 

 

 

le pêcheur de lune

perle fine collier d’argent

sur l’onde le filet

 

une forme dans la maille

prisonnière, un poisson lune

brillance de l’écaille

 

palette de beauté

tout s’en’mêle dans la nuit

le pêcheur envolé

 

Guy

Voir les commentaires

Repost 0
Published by popopopo
commenter cet article
13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 17:34

 

L’impossible découverte

 

Un rêve étrange me poursuit :

J’avance confiant en la ville

Une étoile me guide qui brille

Lors me perds dans la rue

Ne trouve plus mes repères

Tout se met en désordre clair

Je cherche, ouvre des voies

Reviens repars renais

Reprends espoir à nouveau

Explore les allées nouvelles

Et me heurte à des pierres,

Entre en des impasses fermées

Tourne mille fois dans le connu,

Cependant je pense je chemine…

L’angoisse me prend à la chair

Jusque à quand dois-je errer

Je ne domine plus l’univers

Et l’horloge du vivant

Vais viens tourne retourne

Suis-je devenu pantin

De lumière cependant ?

Le décor est bruyant

Mais point hostile, indifférent,

Girouette confuse d’humanité

Je me débats refuse les chaînes,

sors du sommeil étonné

Me souvenant du long moment

Puis oublie, recommence

Au lendemain, et toujours

Cette perte de certitude

Lutte ou refus d’un destin ?

 

Guy

Repost 0
Published by popopopo
commenter cet article
15 août 2016 1 15 /08 /août /2016 19:03

Nous flottions sur l’océan

Dans un zodiac en gris de sel,

la vague était d’huile, l'écume d’argent

qui jouait sur les rayons de lune,

le lagon sombre luminescent

offrait mille promesses aux deux marins

prisonniers d'une atmosphère étrange

Des méduses irréelles en voile losange

traçaient indifférentes mathématiques,

l’onde qui laissait entrevoir des éclairs

au phosphore brillant vert émeraude

la mer était si belle que l’on en oubliait

le pourquoi de l’aventure : ramener sa pêche

 

Et fièrement, étaler sur la tranche de forêt

qui servait d’étal devant la maison

la pêche héroiique frissonnant encor,

et l’épouse réveillée s’exclamant Guy,

la loche est vivante tu sais, elle bouge

j’ai peur, oui mais si jolie dans sa robe moirée

Parsemée de taches rouges noires et or

Elyane était dans un état second

ronchon et effrayée, et mi sourire : mais

le congélateur est empli tribord d’abord !

Elle savait ainsi des mots amusants bien à elle

Alors on battait le rappel des voisins !

voici un bec de canne, un bossu doré

on ne gardait que les loches délicieuses,

en tahitienne vous savez … ou grillées

et sous l’oreiller on se contait les merveilles

d'une nuit au lagon !

 

Guy

Repost 0
Published by popopopo
commenter cet article
17 juin 2016 5 17 /06 /juin /2016 18:17

Maman disait si

tu casses un miroir

le malheur serait

 

Alors j’ai brisé

la glace de beauté

mille éclat planchait

Maman corroucée

m’a dit, guy : mauvais

tu es, jette du sel

 

Sur le sol souillé

moi n’ai pas voulu

me suis moqué

Rien n’est advenu

mais n’ai pu voir

l’envers du miroir

 

J’ai imaginé

le mystère du monde

le ciel les étoiles

Les anges de la nuit

j’ai dansé alors

dans mon lit d’enfant

 

Etonnée maman

m’a dit : une lubie

quand deviendras–tu

Raisonnable enfin

j’ai souri pasque

mon désir secret

 

Est de traverser

la nuit pour trouver

de l’âme le jardin

Des fleurs la musique

du miroir l’antan

 

Guy

Repost 0
Published by popopopo
commenter cet article
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 15:25

Hier belle journée, si rare si rare; voilà-t-y-pas que la Famille sonne au portail ! Ma petite nièce Manon est devant l'entrée -des gâteaux offerts plein les mains. "Oh tonton guy, ta maison est un paradis..."

Je réalise enfin qu'un ange me sourit, elle a tout d'un ange d'ailleurs, une chevelure bouclée des yeux noirs magnifiques à force de bleu ciel de nuit, des fossettes, la révérence, et ffûtt elle disparaît ds les massifs. J'entends de ma place la musique de ses rires qui vont en s'estompant pour devenir gazouillis.

On s'installe au jardin, des sirops des gâtos des tasses jolies, on papote à bâtons rompus, tout y est : plages au soleil, printemps farceurs, tonton hollande, les batailles de pavés, on s'envoie des compliments, des fleurs, ils me nomment Paysan, ils insistent, je m'en moque, leur réponds et "vous bobos de Pairis", mets mon chapeau de travers pour les embêter, et oublie de surveiller les fleurs...

La gentille manon s'est changée en démon, marche ds les massifs, court après les coccinelles, cueille des roses par les pétales, et monte au balcon faire pleuvoir des feuilles et des branches sur les invités, monte descend grimpe par l'escalier de meunier -oh, qui a bien vieilli et branle quelque peu, se balance, pousse des cris, pasque...une Araignée .... Nous accourons à son secours, elle revient sur la table en cristal de plastique blanc, chipe un gâto et disparaît.

L'assemblée d'invités reparle des élections, moi ayant déjà mon idée, m'évade et me laisse bercer par la musique des mots, l'un de sa voix profonde de basse lance le boum boum de la sagesse, l'autre assène les cymbales de la certitude, une troisième joue de la flûte de Pan, je finis pas somnoler, on me dit Guy, "réveille-toi c'est le départ...." J'entends les voitures vibrer mais encore des conversations, des voeux de se revoir, que le jardin est paradis, des au revoir définitifs, puis des discussions qui reprennent... et reprennent.

Manon revient, me fait le bizou du gentil tonton, ce mot m'horripile, moi lui dis entre les dents que Manon c'est toute un histoire de grande guerre, vous direz Madelon, mais ça se ressemble, puis la paix semble revenir au paradis!

Le soir en préparant la bonne soupe, dans la marmite d'aluminium, des roses coupées ou pluto cueillies par une main d'enfant....Et ds la poche d'Elyane un papier avec écrit en feutre de couleur, "mamie tu es la plus gentille du monde", mais rien de spécial sur tonton guy !

Cette nuit la pluie est revenue, imperturbable.

Guy

 

Repost 0
Published by popopopo
commenter cet article
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 18:06

 

Pour les longues vacances, nous décidâmes de visiter le Grand Sud de l’Ïle. Aussitôt dit, aussitôt presque fait, on embarque dans la petite auto, tout le monde même la nénène. Bébé jacques en premier ! Jeanie battant des mains. En route pour l’aventure… Car toute piste à Madagascar est un pied de nez au sort.

Après Fianarantsoa, je redoublais encore de douceur, conduisant en très bon père de famille (qui plus est nombreuse, fragile), bien doucement tout doucement, «amour amour» disait-on alors dans l’île rouge… j’eus envie de m’arrêter. Toute la chambrée dormait, paisible, confiante, ron ron flante même quant à Jacques pour le moins.

Je pris délicatement une tangente dans la jungle de cactus, et m’arrêtais dans une clairière bien anodine au premier regard. Quand j’eus fini de mouiller le sable rouge… ne voulant point réveiller la Famille, je me mis à observer…

Peu à peu une vision enchanteresse, j’ose le mot merveilleux d’Alibabesque, m’enveloppa. Des plantes dites «xérophiles», toutes plus étranges les unes que les autres, avec des bras échevelés, déjantés oui c’est cela, qui gigotaient armés d’épines et de fleurs, de parfums de papillons et d’oiseaux ! Bizarre n’est-ce pas, tout en embaumant envoûtant cocoonant le pauvre voyageur.

Un ballet d’insectes inconnus, de mille formes de mille couleurs, la nature voulant sans doute surprendre séduire par sa munificence. Et puis un maki facétieux à queue blanche semblant glisser entre les branches, sautait sur les cimes des grands buissons gardiens de la clairière…

Lors mon épouse descendit, lentement à son habitude, puis elle me dit : «merci Guy de m’avoir amené au paradis». Je réalisais alors qu’elle restait endormie, caressée dans un édredon de beauté; elle se réveilla enfin tout à fait et me prit la main. Et me redit alors «merci Guy», m’offrant une bouffée de bonheur vous savez ? Toute la famille sortit alors, sauf Jacques bébé joufflu qui continuait de bailler aux anges, par évidence, poing fermé, paisible.

Nous reprîmes le chemin, encore plus lentement, bercés d’un silence délicieux, afin de ne pas déranger belle nature ? Moment de paradis sans doute qui nous avait été proposé ! Tiens quand je m’en souviens, il me semble que les feuilles et les plantes laissaient entendre une musique légère. Il n’y avait pas de vent, mais les ailes des oiseaux sans doute…

Ah, j’oubliais le papillon vert si rare si rare n’est-ce pas qui frôlait avec insistance les joues roses de mon épouse.

Guy

 

Repost 0
Published by popopopo
commenter cet article
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 16:05

Le printemps s’éveille à petits pas légers !

Deux tulipes ont posé leur note de couleur, dans le massif hier imaginé au pied du grand pommier, pasque envolés mes géraniums vivaces si bariolés. Je fais varier les plantes, vous savez, en m’adaptant toutefois à mes petites belles, ainsi je voyage ou du moins je me promène dans une atmosphère toujours nouvelle de liberté.

Chacun de nos massifs a sa petite histoire à raconter, le coin jardin de curé en premier, qui n’a point été conçu dans un esprit ecclésiastique ô que nenni, mais en pur hasard de jardinier ! Les cœurs de Marie roses et blancs y repoussent, sans se faire prier bien sûr, dès qu’il fait long soleil, j’ai ajouté des hellébores (roses de Noêl au balcon) qui fleurissent les premières, et lancent la fête en toute discrétion, elles baissent leur tête pour se faire mieux découvrir, serait-elle coquines ?

Mon long massif haricot cacahouète est tout empli de giroflées lumineuses et rustiques, désordonnées, échevelées, en bouquets résistants, et puis là les tulipes abondance mais qui me semblent frileuses cette année. Pourtant l’hiver serait «disent-ils» de miel, de confiture, de feu follet, particulièrement cette année, mais il ne faut pas écouter les médias, c’est connu, ils chantent n’importe quoi vous savez…

Un autre ensemble plutôt topinambour ou bien patate ancienne, un héritage royal incas sans doute, est bordé lui de primevères bien en fleurs joli miracle en cet endroit là, et en facétieux horticulteur, j’ai placé en retrait des fleurs inconnues dont j’ai perdu le catalogue, où éclatent des ors des rubis des améthystes, il faudra que j’éclaircisse le mystère des ventes proposées par boîte aux lettres démodée. Avec ma foi des bouquets de doronics soleil orangé qui ont fâcheuse tendance à devenir bosquet que dis-je maquis sauvage à hérisson.

Des échanges de données, entre connivents qui font que chaque année je reçois plein de *Catalogues tous plus alléchants…les uns que les autres, et même appétissants, la mode étant aux fleurs qui se dégustent en salade ! Tout le sombre hiver passe d’ailleurs à les *Eplucher.

Je corne la page et tout de suite j’oublie pourquoi j’ai plié le coin, alors… pour le moins j’admire la diversité des couleurs proposées.

Ce que j’aime le plus étant les noms latins… Rosa, rosam, rosae, rosas, et le merveilleux rosarium, avoue cher lecteur qu’il est d’un charme parfumé ! Vieille France hatchoum !

Mes fruitiers, sauf les pommiers prolétaires du Japon, n’ont ni bourgeons ni promesses, je regarde cependant les branches endormies, on est tout de même en mi germinal, c’est bientôt floréal ! Je les gronde… rien n’y fait.

Je m’interroge sur le fameux réchauffement climatique, ce n’est pas bien de faire croire à la population que les tropiques arriveraient dare dare en croisière sur les bords de la Seine ! Par contre bonne nouvelle, des Perruches vertes feraient leur nid dans le bois de Bizy, tout près de ma sente du bon dieu laquelle jouxte la maison, ça me rassure et m’inquiète à la fois ! Ce sont des immigrées récentes venues des bas de l’Himalaya, et d’un tenace, elles chasseraient même de leur résidence les pigeons gris lesquels de rage roucoulent désespérés dès grand matin, juste après la chouette de la cheminée.

Par contre les oiseaux verts ne mangent pas les coccinelles jolies.

Voici mon petit jardin clos, je vous conterais plus tard mon coin secret, disons à prairial, si vous êtes sages et bien mignons.

Guy

Repost 0
Published by popopopo
commenter cet article

Présentation

  • : popopopo
  • popopopo
  • : humour poézie compassion, écrire au troisième degré,, parler d'Oran, et de tout
  • Contact

Texte Libre

ai tapé trois coups

sur le marteau et

 

Recherche

Texte Libre

Http::::www.lefildarchal.over-Blog.fr